Quelques jours de « au revoir »

Quelques jours de « au revoir »

Nous reprenons donc la route pour le plus grand bonheur de toute notre meute. Et nous commençons par aller à Göcek, à l’ouest de Mavikent. Là-bas, nous avons prévu de retrouver nos amis Yucel et Hafize pour leur dire au revoir.

Nous arrivons sur la plage d’Osmanaga le samedi. Nous voulons passer quelques jours au calme après le tumulte de Mavikent. Pendant trois jours, nous nous reposons, nous travaillons, et nos enfants jouent pendant des heures et des heures. Nous apercevons même Yucel qui vient ici pour travailler sur l’un des bateaux qui se situent dans la baie.

Mardi, Hafize vient nous voir en début d’après-midi et nous invite à passer la soirée chez eux. Après qu’elle nous ait quittés, nous plions nos tentes, rangeons nos affaires et nous sommes prêts à partir. À 19 h, nous arrivons chez nos amis, et nous allons passer une merveilleuse soirée. Hafize nous a préparé quelques spécialités végétariennes et nous nous régalons. Nous abordons de nombreux sujets (éducation, travail, alimentation) et nous parlons de nos projets respectifs pour l’avenir. Nous finissons la soirée devant un film (en turc sous-titré en anglais) avec baklavas et glace au lait.

Le lendemain, nous partageons le khavalti avant de nous dire au revoir. En partant, nos amis arrosent notre maison roulante. Cette tradition turque nous protège de tout tracas.

Après 3 heures de route, nous voici arrivés au canyon de Güver, près d’Antalya. Nous passons une première journée au clame dans la forêt. Après l’école et le travail, nous profitons d’une jolie balade en famille.

Vendredi, nous allons à Antalya en début d’après-midi. Nous passons dans un atelier pour faire imprimer les stickers que nous poserons sur Ookami. Cela fait un peu plus d’un an que nous avons quitté la France, il est temps de personnaliser les murs extérieurs de notre maison roulante !

Ensuite, nous allons voir notre ami menuisier Burak à la fois pour lui dire un dernier au revoir, mais aussi pour lui demander de nous fabriquer notre nouvelle table intérieure. En effet, notre table actuelle n’est pas 100 % satisfaisante. Elle bouge énormément dès qu’on la touche. Si bien que des verres sont renversés, ou encore dès que nous dessinons et nous nous voulons gommer, nous devons prévenir tout le monde au risque de faire dépasser les voisins. Yannick a donc dessiné notre nouvelle table qui sera fixée plus largement sur le mur.

Burak prend les plans et nous demande de repasser en fin d’après-midi. Cela nous laisse le temps de faire quelques courses. Nous revenons à l’atelier vers 16 h, la table est prête ! Nous partageons un dernier çay avant de regagner le canyon.

Pendant trois jours, nous restons ici au clame. Dimanche, C’est Pâques ! Nous n’avons pas oublié les chocolats pour le plus grand plaisir de nos louveteaux.

En fin de matinée, nous avons la visite surprise d’amis, Stéphanie et Dimitri, et leurs deux enfants. La dernière fois que nous les avions vus, c’était en novembre 2020 en France, au Domaine le Colombier. C’était vraiment chouette de pouvoir partager un moment avec eux. En fin d’après-midi, nos copains les P’tits Suisses nous rejoignent sur le spot. Yves doit s’absenter quelques jours, nous allons donc rester avec Nathalie et leurs enfants.

Mardi 19 avril, nous avons enfin notre rendez-vous à l’immigration !!! et c’est la bonne date !!! Nous déposons notre dossier, mais il manque des documents : les actes de naissance des enfants. Lorsque nous étions à Mavikent, nous étions avec une famille qui avait elle aussi fait sa demande de renouvellement de visa. Elle nous a dit qu’elle n’avait pas eu à fournir ces documents puisque les services administratifs les détenaient déjà. Nous aurions dû écouter notre instinct. Ce n’est pas très grave, notre dossier est pris et nous pouvons repasser plus tard, et quand nous voulons, pour déposer les documents manquants.

Nous passons ensuite au guichet de paiement puis on nous demande de passer dans un bureau pour prendre nos empreintes digitales. Mais nous sommes dirigés dans une grande salle au fond d’un couloir. D’autres personnes sont déjà présentes et patientes. Nous devons signer un document et y inscrire nos numéros de passeport. Je vous avoue que l’on se demande un peu ce que l’on fait là. D’autres personnes entrent (des Russes et des Ukrainiens) et s’installent. La porte se ferme…

Un agent administratif lance son PowerPoint qui a pour thème : « La cohésion sociale pour le vivre ensemble ». Ils y abordent des sujets comme le système de santé, les violences domestiques, la protection des femmes, les addictions, mais aussi les activités sportives, artistiques et culturelles, la propriété et le travail.

Devenant résidents turcs pour une année (voire même plus pour certains), cette présentation nous semble importante. En effet, arrivant dans un nouveau pays avec une nouvelle langue et de nouvelles habitudes, il est important de connaître un peu le fonctionnement de quelques points importants.

Après cette présentation, nous partons chez le notaire pour faire authentifier les actes de naissance des enfants. Nous allons au même bureau notarial que l’année dernière. Ils se souviennent de nous et en 15 min, nous avons nos documents.

Nous faisons une pause déjeuner, puis nous retournons à l’immigration pour déposer les papiers. Et là, nous ne comprenons pas. Alors que l’agent nous avait dit que nous pouvions repasser quand nous voulions, la nouvelle personne nous dit que nous devons repasser dans 15 jours… Yannick essaie d’expliquer la situation, mais il n’y a rien à faire, il revient avec les papiers.

Ce n’est pas grave, nous verrons à repasser dans 2 jours. En attendant, nous avons un superbe moment qui nous attend : une séance de spa en famille !

Nous allons au Latanya Pure Spa. Yannick a fait cette réservation pour mon cadeau d’anniversaire ! Au programme : sauna, hammam turc (avec gommage du corps) et massage. Ils ont pu tout essayer sauf le gommage, car les soigneurs frottent fort avec le gant de crin. Par contre ils ont pu être lavés avec beaucoup de mousse. Je suis ravie de pouvoir partager cette expérience avec nos louveteaux.

Après cette séance qui nous a bien apaisés et nous a rechargé en belles ondes positives, nous retournons au canyon.

Mercredi, nous restons sur le spot avec Nathalie. Les enfants passent la journée à jouer dans la forêt. Et pour les adultes, le programme de la journée est travail, repos et discussions. Dans la nuit, Yves rentre de son petit voyage et retrouve sa famille.

Le lendemain matin, après l’école, nos louveteaux profitent des dernières heures avec leurs copains qui partent en fin de matinée. Nous retrouvons également notre ami Alain qui est venu de Suisse pour récupérer son véhicule

Après le déjeuner, nous retournons à l’immigration pour déposer nos documents manquants. Cette fois-ci, c’est la bonne. Ils prennent nos papiers avec un grand sourire. Notre dossier est complet, il ne nous reste plus qu’à patienter pour avoir la réponse. En attendant, nous avons jusqu’au 19 mai pour profiter sereinement de la Turquie.

Nous allons ensuite dire au revoir à notre ami Burak. Si tout va bien, nous ne reviendrons pas à Antalya, il est donc important pour dire de passer voir les personnes qui nous ont marqués pour partager un dernier çay.

Ensuite, nous allons chez notre ami Selehattin. Nous voulons également lui dire au revoir, et nous avons besoin de son aide. En effet, nous devons faire la vidange du moteur et des ponts d’Ookami et nous aimerions qu’il nous conseille sur la personne à voir.

Eh bien, c’est lui qui s’occupe de nous. Pendant que son équipe travaille sur Ookami, nous patientons, en lecture, dans la salle d’attente. Au bout d’une heure, Ookami est prêt. Avant de partir, Selehattin nous invite à partager l’Iftar, et, évidemment, nous acceptons.

L’Iftar est le repas pris par les musulmans après le coucher du soleil pendant le jeûne du ramadan. Ce repas est souvent très attendu puisqu’il qu’il arrive après 12 à 15 heures de jeûne. Contrairement au suhûr (le repas de l’aube), l’iftar est un repas léger qui se partage en famille ou en grand banquet.

Pour ce soir, l’Iftar se partage avec les artisans du sanaiye. De grandes tablées ont été installées dans l’une des rues. Nous sommes entourés d’environ 200 personnes, hommes, femmes et enfants. Nous attendons patiemment la prière du Maghreb, pratiquée au moment du coucher du soleil. Selehattin nous apporte beaucoup d’explication sur le ramadan, sa signification pour les musulmans, et sur son déroulé. L’appel à la prière arrive, nous avons l’impression que le temps s’est arrêté pendant quelques minutes. Et soudain, la vie reprend dans la joie. Pour ce repas, nous avons une soupe, du riz, et des dattes. Après le repas, nous retournons au garage de Selehattin pour partager un dernier çay (et des baklavas) avec toute l’équipe qui nous pose plein de questions sur notre vie. 

Nous rentrons ensuite au canyon pour dormir. Le lendemain, nous décidons de rester encore deux jours sur place.

Samedi 23 avril, la Turquie célèbre la souveraineté nationale et les enfants ! Le 23 avril 1920, Mustafa Kemal Atatürk organise, à Ankara, la Grande Assemblée pour mettre en place le projet de la République turque. Il propose alors que les enfants prennent symboliquement le pouvoir le temps d’une journée, car ils représentent l’avenir et la richesse d’esprit. Ainsi, certains enfants sont choisis pour prendre la place d’élus du gouvernement, de l’assemblée et dans les mairies. La Turquie est le seul pays à avoir une fête dédiée aux enfants et à la partager avec les enfants du monde entier. Ainsi, depuis 1979, la Turquie invite des enfants d’environ 40 pays à participer à ces festivités.

Pour cette belle journée, nous avons donc prévu quelques surprises pour nos louveteaux. Et je vous avoue qu’ils n’ont pas oublié de nous le rappeler pendant quelques jours. La journée se passe ainsi en douceur et en gourmandise !

Et puis, c’est notre dernière journée ici, donc on en profite. On avance sur nos projets professionnels, Yannick bricole un peu, et moi, je m’offre un temps pour moi.

Partager :Share on Facebook
Facebook