Nous avons décidé de partir à la découverte de notre première distillerie. Et nous n’avons pas eu à chercher loin ! En effet, elle se trouve dans la même ville où nous résidons actuellement : Rivière-Pilote.

Découverte de La Mauny

La Mauny, pour moi, n’était pas un grand nom du rhum, mais plutôt un rhum abordable que l’on achetait en quantité pour passer de bonnes soirées. Mais ici, on nous fait bien comprendre que le rhum de la Martinique, c’est bien plus que cela !

Il est important de noter que La Mauny est la dernière distillerie encore en activité dans le sud de la Martinique. Ce qui en fait déjà un lieu intéressant à visiter. Et une balade en petit train est prévue pour la visite, ce qui enchante également les enfants.

Visite de la boutique

Arrivés un peu tard, nous commençons par visiter la boutique, appelée la “cabane”. Là, je découvre que La Mauny propose une gamme variée de rhums, allant du blanc que l’on trouve partout en métropole, au XO (eXtra Old – vieilli au moins 6 ans), en passant par les classiques VSOP (Very Superior Old Pale – vieilli au moins 4 ans) et des cuvées spéciales. Je découvre également que La Mauny a racheté “Trois Rivières” et “Duquesne”, montrant ainsi qu’ils sont une entreprise prospère.

Après une courte vidéo expliquant le processus de fabrication et une petite dégustation, je craque pour une bouteille de cuvée spéciale du maître de chais, que j’ai pu comparer avec le VSOP et le XO.

La visite guidée

Nous commençons la visite par la maison du grand maître, ancien détenteur de la plantation, située à proximité pour qu’il puisse surveiller les opérations.

Un peu plus loin, nous découvrons une petite plantation d’orangers. Les fruits sont utilisés pour la réalisation des “Shrubs”, un rhum arrangé avec des écorces d’oranges.

L’impressionnante distillerie

La visite de la distillerie est impressionnante. La structure est grande et l’odeur de sucre de canne est omniprésente. Nous observons la route de la canne à sucre, qui arrive par camion benne entier. Elle est ensuite coupée à la main en cette saison. La canne est broyée plusieurs fois pour en extraire environ 95% du sucre.

La production du rhum

Contrairement à la majorité des distilleries mondiales qui produisent du rhum avec de la mélasse (un sous-produit de la canne), les distilleries de la Martinique, seules à bénéficier d’une AOP pour leurs rhums, produisent du rhum agricole à partir du jus de canne. Cela ne représente que 2% du volume mondial de rhum, mais ces 2% sont reconnus comme les meilleurs.

Nous suivons les étapes de préparation du jus de canne, qui fermente ensuite avec de la levure et est chauffé pendant 24 à 36 heures à l’aide de la bagasse, le résidu sec de la canne après extraction du jus. Rien ne se perd ici ! la bagasse excédentaire sert de compost pour les champs, de nourriture pour le bétail, et plus encore.

Les colonnes de distillation

Nous arrivons ensuite au cœur de la distillerie : les colonnes de distillation. Chaque colonne est unique par sa conception, sa forme, ses matériaux, sa largeur et sa hauteur, produisant ainsi un rhum unique. Chez La Mauny, il y en a cinq : trois pour les rhums de La Mauny, une pour Trois Rivières et une pour Duquesne. Avec 50 000 litres de jus de canne, on obtient 3 500 litres de rhum, titrant entre 70 et 75°.

Cet alcool est ensuite coupé avec de l’eau distillée pour atteindre une concentration raisonnable. Il vieillit ensuite en fûts inox ou en fûts de chêne, selon le produit souhaité.

Bonne dégustation !