La nature turque nous réserve de belles surprises …

La nature turque nous réserve de belles surprises …

Nous quittons notre joli spot face à la mer avec nos amis les Clab’s. Nous avons très envie de revenir quelques kilomètres dans les terres pour faire une balade les pieds dans l’eau dans un joli coin de nature.

Dans les sites à découvrir, nous avions noté les cascades de Saklikent. Mais nos amis, les Fées autour du Monde ne nous les ont pas forcément conseillées. « Trop difficile avec les enfants ». Ils nous ont donc indiqué une autre cascade toute proche.

Notre route nous a donc menés à la cascade de Gizlikent. Confinement oblige, il n’y a personne, mais le site est ouvert. Nous avons marché les pieds dans l’eau sur 300m (ce qui était très agréable avec la chaleur !) dans un cadre magique qui nous permis de retrouver nos elfes de la rivière que nous avions quittés en France 😉 Au bout de cette promenade dans la rivière, nous découvrons cette jolie cascade naturelle. Yannick et Régis en ont profité pour se rafraichir sous la puissance de la chute. La balade est effectivement facile pour les enfants qui ont pris beaucoup de plaisir dans ce petit joyau verdoyant de nature.

Après cette découverte apaisante, nous reprenons nos véhicules pour trouver un spot pour la nuit. Celui indiqué sur l’application Park4Night ne nous fait pas rêver car il est trop proche de la route. Nous décidons de prendre un petit chemin blanc pour entrer dans une forêt. Nous roulons tranquillement et les garçons souhaitent prendre une piste étroite sur la gauche qui grimpe très franchement… Je ne le sens pas trop, mais pourquoi pas …

Les Clab’s passent en premier sans difficulté. C’est à notre tour. Nous faisons quelques dizaines de mètres mais le revêtement du sol (plein d’épines, de terre et de petits cailloux) devient un obstacle. J’ai beau jouer avec l’embrayage et l’accélérateur, il n’y a rien a faire. Notre Ookami n’arrive pas à monter ! Je vous avoue que je ne suis pas très sereine car il n’y a pas trop d’adhérence avec le sol. Pour me rassurer, je fais descendre enfants et mari pour amorcer une marche arrière d’une bonne centaine de mètre, avec le vide sur ma droite … Je respire un bon coup, Yannick me rassure de l’extérieur, et me voici arrivée. Enfin, j’éteins le moteur. C’est décidé je ne bouge plus ! Les copains redescendent la piste pour nous rejoindre. J’ai mérité une petite bière pour me remettre de mes émotions !

Le lendemain, nous avançons jusqu’à hauteur de Fethiye pour faire nos courses sur le marché. En effet, en raison du confinement, les marchés ne se tiennent que les samedis pour les deux dernières semaines. On en profite pour faire un arrêt pour le déjeuner en compagnie des Clab’s.

Puis nous nous arrêtons sur les hauteurs d’Ölüdeniz, au milieu des pins pour offrir un peu de repos à Ookami qui en a pas mal bavé en 2 jours. Les Clab’s poursuivent leur route de leur côté. Nous en profitons pour travailler, et les enfants ont ressorti leurs Playmobils qui n’avaient pas vu la lumière depuis quelques jours.

Après une nuit calme, nous partons admirer les très beaux panoramas sur la Butterfly Valley. Cette vallée est connue pour abriter plus d’une centaine d’espèces de papillons. La vallée des papillons est encaissée dans un étroit canyon situé au pied du Mont Babadag qui culmine à 1 975 mètres de haut. Elle débouche sur une large plage de sable fin baigné par des eaux turquoises. L’accès à cette plage peut se faire en bateau depuis Ölüdeniz ou depuis le sentier de la voie lycienne. Le sentier est très abrupt est nous n’avons pas voulu le tenter avec nos louveteaux. Nous retrouvons les Clab’s sur les hauteurs où nous pouvons admirer toute cette nature, et la magnifique plage. Ensuite, nous reprenons la route pour Göcek retrouver les Mamatoch et nos amis suisses.

Nous faisons à nouveau une jolie pause d’une semaine dans l’une des baies de Göcek, où vont nous retrouver les familles voyageuses que nous avions quittées quelques jours plus tôt. Ce spot est magique, encore un joli coin de nature ! Nous sommes entourés d’écureuils qui, tôt le matin, nous font le plaisir de discuter entre eux ! Nous avons même le plaisir d’entendre un renard glapir !

C’est également l’occasion de faire la connaissance de Yucel et Hafize, un joli couple turc. Ils portent la joie et la bonne humeur en eux, et les partagent à tous ceux qu’ils côtoient ! Une belle bulle d’énergie positive ! Yucel travaille comme chauffeur de bateau (un peu comme un voiturier). Un bel après-midi, il fait la surprise de débarquer avec son bateau, et fait monter tous les enfants, et les papas. Et c’est parti pour 15 minutes, à pleine puissance (600cv !) avec la musique à fond ! Les enfants sont revenus tous excités et avec des étoiles dans les yeux !

Durant cette pause, nous célébrons également l’anniversaire de Charly, le fils des Runléla, qui fête ses 7 ans. Nous fêtons également l’anniversaire de Nathalie, notre amie suisse. Décidément, ce printemps est très festif !

Cela faisait longtemps que cela ne m’était arrivé ! Avec toutes les mamans, nous décidons de partir faire une balade en vélo jusqu’à Göcek. Sans mari, sans enfants ! Arrivées dans la station balnéaire, nous nous arrêtons boire un café dans le bar à café où travaille Hafize. Puis nous allons nous promener dans les rues complètement désertiques en raison du confinement. Bon, ce n’est pas plus mal car je n’avait pas pris de sac à dos avec moi !

Enfin, nous avons eu la chance d’avoir un cours particulier de yoga, offert par notre amie allemande Mo. Cela m’a vraiment redonnée envie de ressortir mon tapis et de complètement mes séances de Qi-Gong matinales.

Ce spot près de Göcek est encore un joli lieu nature où nous allons revenir, c’est sûr !

Partager :Share on Facebook
Facebook