La Géorgie, un joli pays du Caucase

La Géorgie, un joli pays du Caucase

Après avoir parcouru 6443km en Turquie, nous sommes donc arrivés en Géorgie vendredi après-midi. Le passage de frontière s’est super bien passé ! Côté turc, ils nous ont demandé si nous avions tous les documents nécessaires pour passer en Géorgie. Ils nous ont tamponné nos passeports, pris en photo, et nous on dit un grand « See you soon ! ». Oh oui ! Ils vont nous revoir bientôt ! Côté géorgien, le douanier a été super gentil. Il a pris nos passeports, nos tests PCR (il a même failli oublier nos louveteaux), la carte grise d’Ookami, l’attestation d’assurance que nous avons souscrite pour entrer. Et après un sourire et un « Enjoy Georgia ! », nous avons alors fait nos premiers tours de roues en Géorgie !

Je vous avoue que nos premières heures sont… comment dire… un peu anxiogène. Je m’explique : on nous avait prévenus, mais les Géorgiens sont vraiment de piètres conducteurs ! Ils roulent vite, dépassent même en plein virage, peu importe s’il y a du monde qui arrive en face… J’ai eu quelques sueurs froides ! Et ce sont les rois du klaxon ! Ce qui pour moi est un outil très stressant et agressif. Bref, je ne me sens pas super rassurée. Sans parler des vaches, ainsi que des cochons, des poules, des chevaux et autres qui se promènent le long de la route, et sur la route, très paisiblement…

Bref, vous l’aurez compris, rouler en Géorgie n’est pas de tout repos. Après quelques jours de pratique, nous nous sommes faits à leurs habitudes. Nous sommes toujours hyper vigilants, mais plus sereins !

Nous traversons Batumi, et son flot d’automobilistes fous et nous rejoignons rapidement un spot face à la mer Noire. Ainsi, nous en profitons pour nous baigner pour nous détendre ! Le début de la nuit aura été mouvementé car un orage éclate juste sur nous. C’est donc une multitude d’éclairs très proches et une pluie diluvienne qui nous bercerons pour cette première nuit géorgienne.

Le lendemain, après avoir profité une dernière fois de la mer Noire, nous nous enfonçons dans les terres. Nous entrons dans la région de Samegrelo pour découvrir la source chaude de Nokalakevi. L’eau qui coule de la cascade est très chaude (50°C) et il est difficile d’y rester longtemps. Il y a beaucoup de monde. Nous remontons donc à Ookami pour le dîner.

Le soir, une famille nous invite à partager un verre de vin « maison » (cela nous change du çay !). Enfin, du vin… nous dirons plutôt une sorte de vin bourru et bien alcoolisé… Ils sont très gentils, mais aussi très alcoolisés. Nous faisons attention à ne pas nous laisser embarquer.

Le lendemain matin, nous profitons une dernière fois de notre première source chaude en Géorgie. Nous sommes seuls au monde et nous nous baignons dans les bassins tièdes sur les bords de la rivière Thekuri.

Nous sommes ensuite allés visiter le monastère de Martvili. Et comme nous sommes dimanche, nous avons pu assister à une partie de la messe avec de très beaux chants polyphoniques. Cette célébration ne nous permet pas d’entrer à l’intérieur pour y voir les fresques. Nous nous promenons dans le jardin de la cathédrale qui porte le nom de « Repos de la bienheureuse Vierge ».

Après le déjeuner, nous allons à la réserve naturelle de Martvili qui se situe dans un canyon. Nous pensons arriver sur un site ouvert, mais il s’agit d’un lieu très touristique. Nous décidons tout de même d’y entrer. Afin de voir l’entièreté du site, nous devons payer nos entrées (tous les 5) et ajouter un complément pour une balade en bateau dans le canyon (toujours pour tous les 5). Nous choisissons de ne pas faire le tour en bateau et nous partons découvrir cette réserve. Ce fut une erreur de notre part. En effet, la balade à pied nous offre un aperçu de ce canyon, mais nous ne verrons pas grand-chose. Nous sommes un peu déçus, mais nous en sommes responsables. Tant pis, nous ferons attention la prochaine fois !

Nous reprenons la route pour la région d’Imereti. Nous nous arrêtons pour une petite pause à Kutaisi pour y visiter la cathédrale de Bagrati. Construite au XIe siècle, elle nous offre un magnifique aperçu de l’architecture médiéval en Géorgie. L’intérieur est très beau avec de nombreuses icônes, tableaux et reliques de Saints.

La route pour notre spot nous conduit au monastère de Ghélati. Bien qu’il soit en rénovation, nous avons pu visiter ce très beau monastère datant de 1106. Les églises sont bien préservées. Ainsi, nous avons pu entrer dans l’église de la Sainte Vierge (l’église principale) et découvrir ses fresques. Nous avons également pu découvrir la petite église Saint Nicolas qui date du XIVe siècle. Pendant les XIIe et XIIIe siècles, le monastère de Ghélati fut un des plus grands sites religieux, éducatif, scientifique et philosophique de Géorgie.

Après une journée bien remplie, nous nous posons au bord du lac de Shaori qui nous permet de nous reposer au calme.

Le lendemain, nous partons pour une dégustation de vin. Nous nous arrêtons ainsi chez une famille de vignerons, Baia’s wine, que nous avions vue dans l’émission Échappée Belle dédiée à la Géorgie. Et c’est Gvantsa et sa maman qui nous accueillent. Gvantsa a repris l’affaire familiale avec sa sœur Baia et son frère Giorgi. Nous avons adoré passer ce moment privilégié avec Gvantsa qui nous a parlé avec passion de son métier ! Elle nous invite à la retrouver dans quelques semaines pour partager plus longuement leur travail quotidien !

Nous nous arrêtons passer la nuit près du monastère Saint-Georges d’Ubisa. La basilique Saint-Georges a été construite au IXe siècle. Nous pouvons y admirer de très jolies fresques byzantines du XIVe siècle. Ensuite, nous continuons notre route en direction de la région de Samtskhe-Javakheti, au sud de la Géorgie.

Partager :Share on Facebook
Facebook