L’océan après le désert, changement de décor !

L’océan après le désert, changement de décor !

Après le désert, nous sommes en manque d’océan ! Nous avons profité de nos trois belles journées passées hors du temps, sur notre spot près de Icht, nous partons en direction de Guelmim. Mais sur la route, le superbe soleil a laissé place à la pluie, au vent violent provoquant des tempêtes de sable !

On se réfugie au camping l’Oasis à Tighmert, où nous nous protégeons derrière les murs de la maison. Le lendemain, la pluie et le vent s’étant calmés, nous partons pour Amtoudi. Mais, le mauvais temps nous attend avec des vents encore plus violents ! Après avoir vérifié la météo, c’est en direction de Tiznit que nous partons. Sur la route, nous traversons une partie de l’Anti-Atlas. Il fait super froid ! Nous devons mettre le chauffage !!! Mais les paysages sont magnifiques. On voit de la verdure, des arbres, des oueds remplis et des champs de figues de barbarie. Nous arrivons à Tiznit et nous nous posons dans le camping, car il est tard et nous n’avons pas le courage de chercher un spot !

Le lendemain, il fait meilleur. Nous décidons d’aller faire un tour dans la ville… que nous trouvons moche… Nous repartons donc rapidement pour nous rapprocher de l’océan. C’est à Aglou plage que nous nous arrêtons. Nous découvrons des maisons troglodytes juste à flanc de collines. Le lendemain, Ahmed, un des habitants, nous propose de venir visiter la sienne. Il nous explique que tout le long des falaises d’Aglou, il y a plusieurs centaines de maisons troglodytes. Ce sont des petites maisons (environ 6m x 2m) que les pêcheurs ont construites dans la roche. Auparavant, des familles vivaient ici, mais elles sont parties vivre à Tiznit et ne reviennent que pour les vacances ou pour les week-ends. Il reste tout de même une centaine d’irréductibles qui vivent ici à l’année, face à l’océan Atlantique !

Après cette chouette visite, nous allons à Mirleft, sur la plage de Ntarga, avec l’océan pour paysage. Les enfants se précipitent sur la plage pour jouer. De notre côté, nous faisons la connaissance de Keith, un anglais autodidacte, passionné et passionnant. Dans l’après-midi, nous allons faire un tour sur le marché artisanal de Mirleft, nous arpentons la rue principale, sous les arcades roses. Nous trouvons des marchands d’art, de tapis, de planches de surf, de souvenirs et de bijoux. Nous trouvons d’ailleurs trois jolis colliers berbères qui seront les cadeaux de Noël pour nos louveteaux. Notre meute passera ainsi deux journées sur cette plage, laissant nos louveteaux profiter de ce superbe terrain de jeux.

Nous rejoignons ensuite Legzira, et nous trouvons un spot juste au-dessus de la fameuse arche. C’est à pied que nous descendons sur la plage, en suivant un petit chemin tortueux. Nous découvrons la grande arche naturelle, en pierre, plongeant dans la mer. Nous prenons le temps de prendre un goûter sur la plage.

En fin de journée, Didier et Magali, les Suis ma Trace, nous rejoignent sur le spot. Cela faisait plusieurs semaines que nous échangions via les réseaux sociaux. Et nous les rencontrons enfin ! Nous passons du temps à admirer le coucher de soleil sur l’horizon de l’océan.Nous passons alors une superbe soirée, remplie de rire, autour d’un apéro, et de jeux de société.

Le lendemain, nous reprenons nos routes. Nous partons ainsi découvrir le parc de Foum Assaka, un site d’intérêt biologique et écologique. Après y avoir passé une nuit, nous traversons le parc par la piste. Nous croisons un groupe de 5 cigognes, un trop mignon petit écureuil, et un groupe de dromadaires. Les paysages sont, une nouvelle fois, magnifiques. Nous voyons également de nombreux figuiers de barbarie, qui règnent au milieu d’une multitude d’autres plantes. Nous passons près des ruines du Fort Bou Jerif. C’est l’armée française qui a construit ce fort, en 1935, au bord de l’oued Assaka, lors de la dernière grande campagne de « pacification » dans le Sud marocain. Les militaires l’ont abandonné en 1956.

Nous finissons enfin la piste après presque trois heures de plaisir visuel. Nous reprenons la route bitumée jusqu’à Tan Tan où nous faisons une pause ravitaillement avant de joindre le spot où nous passerons Noël.

Partager :Share on Facebook
Facebook

2 commentaires sur “L’océan après le désert, changement de décor !”

  • 1
    wecampontheroad le 3 mars 2020

    lorsque vous retournerai au maroc la piste entre foum assaka plage blanche jusqu’a tan tan est magnifique elle surplombe l’ocean traversant des villages de pecheurs vivants dans des cabanes tres particulieres.

  • 2
    Sylviana le 4 mars 2020

    On le note pour une prochaine vadrouille marocaine !

Les commentaires sont clos