La fin de notre vadrouille andalouse

05. décembre 2019 L'Espagne 0
La fin de notre vadrouille andalouse

On aime de faire surprendre ! Et c’est à Cordoue que nous avons décidé de commencer …

Voulant éviter ua maximum les touristes, nous sommes arrivés de bonne heure à la Mezquita, la mosquée-cathédrale de Cordoue. C’est en 786, sous le règne de Abd al-Rahman Ier, que débuta la construction de la mosquée. Elle fut agrandie trois fois par les successeurs d’Abd al-Rahman Ier pour devenir la plus grande mosquée après celle de la Mecque. Quand Cordoue fut reprise aux musulmans en 1236 par le roi Ferdinand III de Castille, la mosquée devint église, puis cathédrale.

Nous entrons par le patio de los Naranjos, la cour des orangers. Une jolie entrée ornée d’orangers, de fontaines, de palmiers et de cyprès. Autrefois, ce patio était le lieu des ablutions rituelles avant la prière.

Nous entrons ensuite à l’intérieur de la Mezquita. Nous découvrons la splendeur de la salle de prière, composée de colonnes et d’arcs. On a l’impression que cette pièce est infinie ! Elle nous plonge dans une atmosphère de sérénité.

Nous admirons ensuite le splendide mihrab, une alcôve du 10ème siècle en forme de coquillage. L’arc du mihrab est orné de 1 600kg de tesselles d’or, offert par l’empereur bizantin Nicéphore II Phohas. En face du mihrab se trouve la maqsura, une zone réservée à la prière du calife.

Nous profitons au maximum des lieux mais, au bout de 2h30 à l’intérieur, les enfants nous font comprendre que c’est long et qu’ils ont faim. D’ailleurs, nos estomacs aussi commencent à crier famine.

Nous nous rendons donc au Bar Santos, un petit bar légendaire de Cordoue qui sert la meilleure tortilla de patata de la ville. On nous sert des parts généreuses et nous les dégustons à l’ombre de la Mezquita.

Nous sommes, ensuite, allés découvrir l’Alcazar de los Reyes Cristianos. C’est dans cette forteresse que les Rois Catholique Ferdinand et Isabelle rencontrèrent pour la première fois Christophe Colomb en 1486. Nous avons beaucoup aimé découvrir ce lieu très bien conservé.

A côté, nous visitons les Banos del Alcazar Califal, des bains, ou hammam, du 10ème siècle. Ils ont été construits sous le règne de Al-Hakam II et étaient réservés au calife et à sa famille, ainsi qu’à leurs amis. Ce lieu pouvait également servir pour les réunions politiques. Ainsi, pendant notre visite, nous avons pu entendre la conversation de trois protagonistes chrétiens voulant supprimer les bains du calife pour en construire d’autres à côté. Les bains califaux ont donc été volontairement ensevelis lors de la construction de l’Alcazar. Ils ont été redécouverts par hasard, en 1903.

Nous finissons notre vadrouille à Cordoue en flânant dans les rues de la Juderia, l’ancien quartier juif de la ville. Formé d’un dédale de ruelles et de petites places, nous avons été enchantés par ce quartier qui a gardé tout son charme, et nous a rappelé nos villages médiévaux.

Nous repartons vers la côte pour retrouver de la douceur avant notre dernier rendez-vous andalou.

Sur le chemin, nous improvisons une pause café pour rencontrer les Mamatoch, une famille de voyageurs. La pause va durer deux jours, pendant lesquels nous allons prendre le temps de faire connaissance et d’échanger sur notre destination future, et commune : le Maroc.

Pendant ces deux jours, le vent a beaucoup soufflé. A tel point que nous passons notre deuxième nuit dans Marley, de peur que la tente ne résiste pas …

Le lendemain, nos deux familles reprennent leurs routes respectives en attendant de se retrouver pour la traversée de la mer Méditerrannée.

Nous remontons vers les terres pour retrouver un temps plus clément. Nous trouvons un joli spot en pleine nature, au bord de la rivière Guadalfeo pour profiter du soleil et de la chaleur, sans le vent !

Mais la tempête s’est levée dans la nuit. Yannick nous fait évacuer de notre Louvière en urgence. Nous mettons les enfants à l’abri dans Marley. Pendant que Yannick ferme la tente, les branches commencent à tomber autour de nous, dont une énorme qui est tombée à 10m de Marley. Une belle frayeur pour notre meute.

Nous partons vite mais, sur notre chemin, un arbre est tombé et bloque le passage. Nous faisons demi-tour et prenons le chemin dans l’autre sens. Un premier arbre bloque en partie la route, mais nous réussissons à le contourner. Quelques mètres plus loin, un second arbre, beaucoup plus gros, bloque complètement le passage. Heureusement, deux hommes sont présents avec du matériel. En quelques minutes, et à l’aide de leur tronçonneuse, ils découpent l’arbre. Nous pouvons repartir ! Direction Grenade …

Cela fait longtemps que nous avions envie de découvrir la ville et son célèbre Alhambra. Mais ce monument attendra le lendemain, car il nous a fallu réserver longtemps avant nos billets.

Qu’à cela ne tienne, nous partons flâner dans l’Albayzin, l’ancien quartier musulman de Grenade construit sur une colline. Depuis le mirador San Nicolas, nous avons une vue imprenable sur l’Alhambra et la Sierra Nevada.

Nous nous dirigeons ensuite pour la cathédrale de l’Incarnation. Pour y arrivée, nous marchons dans la rue Caldereria et passons devant les bazars et les marchands d’épices. Ce sont les Rois Catholiques qui ont envisagé la construction de la cathédrale sur le site de l’ancienne mosquée nasride. Sa construction commença sous Charles Ier et s’acheva en 1704. Engoncée entre les autres bâtiments qui l’entourent, en plein cœur du centre de la ville, la cathédrale nous dévoile toute sa beauté en entrant à l’intérieur.

Pour la nuit, nous choisissons de dormir dans Marley, pour rester dans la ville et ne pas avoir de route à faire le lendemain.

Après une nuit très fraîche, avec ses 5°C, mais plutôt bonne, nous partons pour découvrir l’Alhambra.

Nous commençons par le Generalife, un magnifique ensemble de sentiers, de patios, de bassins, de fontaines et de grands arbres. Nous entrons ensuite dans l’ancien palais d’été des princes nasrides. Puis nous traversons de jolies cours intérieures. Liam prend le temps d’échanger avec une femme qui faisait une pause pour peindre les magnifiques lieux à l’aquarelle. Une belle idée de carnet de voyage ! Nous empruntons ensuite l’Escalera del Agua, un ravissant escalier d’eau ombragé.

Après notre pause déjeuner, nous découvrons les vestiges de l’Alcazaba. Cette forteresse abritait les hommes de guerre. Les princes nasrides pouvaient observer, depuis la tour, les mouvements des troupes militaires. A l’intérieur de l’Alcazaba, il y avait une médina, ainsi que des hammams.

Enfin ! Le Palacios Nazaries nous dévoile sa splendeur ! Il est composé de trois ensemble : le Mexuar, le Palacio de Comares et le Palacio de los Leones. Nous prenons le temps d’admirer les motifs géométriques des plafonds, en bois sculpté, les arabesques, les décorations florales et la calligraphie qui sont les composantes des arts d’Islam.

Nous découvrons également le magnifiques dôme couvert de marqueterie, combinant plus de 8 000 pièces de cèdre, du Salon de los Embajadores. Cette remarquable combinaison crée un motif en étoile symbolisant les sept cieux de l’Islam.

Au centre du Palacio de Comares, nous trouvons le célèbre bassin rectangulaire entouré de myrtes.

Le Palacio de los Leones est, quant à lui, une cour rectangulaire, conçue autour d’une fontaine en albâtre supportée par douze statues de lions en marbre blanc symbolisant la puissance est le courage.

Nous sommes heureux d’avoir terminé notre vadrouille andalouse avec cette splendeur de la culture maure !

Nous reprenons la route, direction Algesiras. Trois longues heures pour retrouver trois autres familles, les Mamatoch, les Malogo et les Croods, avec qui nous feront la traversée.

Il est presque 22h quand nous arrivons sur place. Yannick a le temps d’acheter nos billets.

Maintenant au lit ! Demain, nous changeons de pays et de continent …

Partager :Share on Facebook
Facebook