A la découverte des forges de la Hunaudière

26. juin 2018 Informel 0
A la découverte des forges de la Hunaudière

Il y a quelques jours, nous sommes partis à la découverte des forges de la Hunaudière, à quelques kilomètres au nord de Nantes, dans le pays de Châteaubriant.

Ce sont les bénévoles de l’association « Les Amis des Forges de la Hunaudière » qui nous ont accueillis et nous ont guidés tout au long d’un bel après-midi ensoleillé.

L’association est née il y a 27 ans dans le but d’animer, d’entretenir, de restaurer et de faire connaître l’ancien site des Forges.

Dès notre arrivée, le site est superbe ! On peut découvrir un magnifique étang d’une superficie d’environ 14 hectares et des très belles maisons de Maîtres datant du 17ème et du 19ème siècles.

 

Yannick, « amis » des forges, nous a accueillis et a expliqué aux enfants ce qu’étaient les forges et ce qu’elles permettaient de fabriquer.

Il nous explique que la fonderie est l’un des procédés de formage des métaux les plus anciens. Il consiste à couler un métal ou un alliage liquide dans un moule pour reproduire, après avoir refroidie, une pièce donnée avec ses formes intérieures et extérieures.

Aux fonderies de la Hunaudière, le processus d’élaboration est celui du moulage au sable. Les fondeurs utilisent un modèle représentant la pièce à fabriquer. Il peut être en bois, en plâtre ou en résine. Ensuite, ils réalisent le moule, l’empreinte de la pièce qui est placée dans un châssis. Il tassent fortement le sable autour du modèle pour que l’empreinte conserve le moindre détail. Le modèle est retiré du moule et le châssis est refermé. Après avoir porté le métal à sa température de fusion dans un cubilot, ou dans un four, les fondeurs le versent dans le moule. La pièce est ensuite démoulée, après refroidissement. Le moule est alors détruit mais le sable est, en grande partie, réutilisé. La pièce est nettoyée et ébarbée pour enlever les excédents de métal. Après vérification, la pièce est enfin prête pour la livraison !

Après ces explications, la visite se poursuit avec la découverte de l’atelier. Nous avons eu le plaisir de pouvoir observer des fondeurs, des bénévoles dont, pour certains, ce n’est pas du tout le métier. L’un d’entre eux m’a dit : « Je suis un intellectuel, je viens ici pour faire quelque chose de mes mains ! »

Nous sommes plongés en plein dans l’atmosphère de la fonderie : les gestes des fondeurs, les odeurs, la chaleur, la fumée. Nous avons pu observer des hommes, passionnés, couler du bronze, liquide et rougeoyant, dans des moules.

Nous avons ensuite pu découvrir les pièces réalisées, encore fumantes.

Les enfants ont beaucoup aimé cette visite et, tout particulièrement, la découverte de l’atelier et du travail des fondeurs.