Gérone, une ville pleine de charme

Gérone, une ville pleine de charme

La ville de Gérone (Girona en catalan), je ne la connaissais que vaguement de nom.
Capitale de la province de Gérone, une des quatre provinces de Catalogne et la plus à l’est de celles ci, cette ville était la seconde grande ville dans laquelle nous nous sommes arrêtés.

Nous avions repéré quelques points à visiter, mais je n’avais guère plus d’engouement au départ à la visiter.

En entrant dans la ville, celle ci me semble quelque peu quelconque, quelques beaux bâtiments mais aux premiers abords, rien de transcendant.
Nous nous garons, et partons donc à la recherche de la cathédrale, notre première visite programmée pour la journée.

Petite surprise, nous arrivons tout d’abord sur les rives de l’Onyar, une rivière qui traverse Gérone en plein centre. La vue est belle, le soleil nous accompagne pour une fois, un petit pont surplombe la rivière, petit moment magique ! Celui ci permet de passer dans ce qui semble être le centre ville et nous rapprocherait donc de la cathédrale, ce sera donc notre route ! Les enfants s’arrêtent pour observer les poissons dans l’Onyar, la journée semble vraiment bien commencer !

Nous passons sous les étages d’une maison par une sorte de tunnel et là … le choc ! La vieille Gérone s’offre à nous, ses rues étroites et pavées semblent partir dans tous les sens, on se croirait dans un labyrinthe ! Les balcons fleuris, les drapeaux catalans qui flottent, des escaliers sortis d’un autre âge !

 

 

 

 

Le temps s’arrête alors que nous empruntons une petite ruelle sombre parée d’un escalier pavé. Sa rampe métallique glisse sous notre main …

Mais les cloches de la cathédrale nous rappellent la direction que nous devrions prendre.

« Devrions » car nous errons et découvrons à chaque fois que l’on tourne la tête une raison de nous émerveiller.
La ville semble receler mille secrets qui nous resteront cachés !

 

Enfin, nous arrivons à la cathédrale Sainte Marie. Celle ci est imposante et semble nous toiser du haut de ses 90 marches. Imposante elle l’est car avec une portée de 23 mètres, sa nef gothique est la plus large du monde, tous styles confondus, après celle de la basilique Saint-Pierre de Rome.

Et à l’intérieur, la sensation de grandeur est tout aussi présente. La nef gigantesque arbore de très beaux vitraux et des pièces magnifiquement ouvragées. Nous sommes à l’opposé de la pudeur française de nos églises. Ici l’or et l’argent prédominent, comme pour célébrer Dieu avec ce qu’il y a de plus riche.

 

 

Puis nous pénétrons dans le cloître. Depuis ce jardin intérieur, nous accédons à une galerie qui abrite de nombreux effets qui ont servis aux évêques et autres personnes consacrées pour des cérémonies exceptionnelles.

 

Enfin nous entrons dans la dernière partie de cette visite en découvrant le musée du Trésor. Ici certaines pièces incroyables sont conservées.

 

Coffret de Hicham II

 

La Tapisserie de la Création (une copie car l’originale est en lieu sûr !) est certainement la pièce maîtresse de ce musée. C’est une broderie de la fin du XIe ou début du XIIe siècle qui présente une importante iconographie relative à divers événements: scènes de la Genèse, les mois de l’année, la découverte de la Vraie Croix …

Après en avoir pris plein les yeux, il est temps maintenant d’en prendre plein l’estomac !
Je n’ai pas beaucoup parlé de restaurant sur le récit de notre voyage, mais je tiens à vous recommander « El pati de la veina », la cuisine y est géniale, la déco magnifique et le service est chaleureux ! Et en plus on peut y manger VG !

 

Maintenant que nos estomacs sont contentés, nous repartons vers les Bains Arabes. Qui n’ont rien d’arabes, car ces bains sont une construction inspirée des thermes et bains publics romains. Ils sont décorés d’éléments d’inspiration orientale, comme la coupole laissant passer la lumière céleste et d’autres éléments du roman tardif. L’édifice extérieur, de style roman, est construit en 1194, avec une structure imitant la distribution des bains musulmans, selon la mode de l’époque. En 1294, Jacques II le cède à Ramon de Tolrà contre des restaurations. Fermés au XVe siècle, ils sont mis à la disposition du couvent des Capucins en 1671, qui les utilisent comme local, pour la cuisine ou la lessive. Le lieu, appelé « bains arabes » à partir du XIXe siècle, rouvre au public en 1929.

 

 

 

 

 

Nous visiterons aussi l’église Saint Félix.

 

Enfin, nous nous promènerons sur les remparts, où la vue panoramique sur la ville est délicieuse !

 

Gérone nous aura donné beaucoup de plaisir à visiter, c’est une magnifique ville, d’ailleurs il s’agit de la ville où il fait le mieux vivre en Espagne !

Et pour les gourmands, sachez que Gérone abrite « El Celler de Can Roca », un 3 étoiles au Michelin qui est réputé pour être un des meilleurs restaurants du monde !