Notre voyage en Catalogne

Quand nous avons décidé de partir à l’aventure à la découverte du monde, nous savions que cela demanderait de la préparation, de l’organisation, des nouvelles habitudes à prendre en somme !

Une fois faite l’acquisition de notre matériel « de base », il nous restait à le tester ! Nous savions donc déjà d’où nous partions : Alès. Comme c’est la ville où est basé Naït Up et que nous sommes partis la chercher directement à l’atelier (comme on vous l’explique ici), il ne nous restait qu’à choisir une direction, sachant que nous avions devant nous un peu moins d’un mois (retour à Nantes compris), cette date sonnant le démarrage de ma formation.

Dans un temps si court, nous ne pouvions pas partir très loin, et surtout nous ne voulions pas courir. Je sais que pour beaucoup, un mois est un temps énorme pour faire tellement de découverte, mais notre nouveau mode de vie nomade ne nous donne pas du tout envie de nous dépêcher. Nous nous sentons tel l’escargot, qui se meut tranquillement, qui observe doucement et qui s’arrête quand il veut, où il veut car sa maison est toujours avec lui.

Nous avions donc la possibilité de partir dans un pays limitrophe du sud de la France. Les enfants ayant découvert Dali il y a peu de temps à Nantes, et comme la Catalogne est toute proche, nous décidons donc d’y faire un tour, pour nous imprégner de la région dans laquelle l’artiste-génie a vécu.

  •  Nous sommes partis dans un premier temps vers Cadaquès, ville où il a vécu, ville qu’il aimait et qui recèle mille beautés quand on erre dans ses petites rues tortueuses. Nous avons aussi découvert le Cap de Creus, point le plus à l’est de la Costa Brava.

Cadaquès et le cap de Creus

  • Ensuite, nous avons passé Roses, et sommes descendu plus au sud nous émerveiller à Tossa de Mar, une ville marquée par l’histoire, avec un centre-ville magnifique et de nombreux vestiges.

Tossa de Mar

  • Nous avons poursuivi notre périple par un détour imprévu de 2 jours à Barcelone. Nous y avons découvert une ville immense à l’architecture atypique, mêlant avec beaucoup justesse à mon goût les styles qu’ils soient anciens ou contemporains. Nous avons été marqués par Montjuic et son palais, mais aussi nous avons fait un tour au stade olympique. Mais le moment le plus marquant de notre détour barcelonais aura été sans aucun doute la visite de la Sagrada Familia !

Barcelone

La Sagrada Familia

  • Puis nous sommes remontés, tranquillement toujours, vers le nord et avons visité Gérone, sa cathédrale, ses petites rues sinueuses et ses remparts.

Gérone

  •  Et enfin, nous nous sommes plongés dans l’univers dalinien, en allant visiter dans un premier temps le château de Pubol.

Le château de Gala Dali de Pubol

  •  Notre périple nous mena enfin à Figueras, avec la visite du Musée du jouet de Catalogne et surtout celle du Théâtre-Musée Dali, écrin dessiné par le génie lui-même pour abriter une partie de son art.

Le musée du jouet de Catalogne

Le théâtre-musée Dali

Nous avons terminé par le marché de Figueras, pour nous imprégner une dernière fois, avant de passer la frontière, de l’atmosphère catalane.

 

Certaines choses nous ont marquées lors de ce voyage :

  • Pour commencer, parce que c’est omniprésent en Catalogne, c’est la forte identité Catalane et non Espagnole qui règne ici. Partout dans les rues, sur les routes, nous avons vu des drapeaux catalan, des drapeaux avec des « Sí » ou encore des « Llibertat presos polítics » ainsi que des rubans jaunes noués partout dans les rues, sur des barrières, sur les panneaux de signalisation. La question de l’indépendance de la Catalogne est très débattue et le gouvernement espagnol ne lâche rien. Si bien que certains dirigeants catalans sont exilés (Puidgemont, le leader indépendantiste, est réfugié en Belgique par exemple). On sent bien que ce débat est certainement sources de beaucoup de tensions. Par ailleurs, nous n’avons vu qu’une maison sur tout notre séjour qui arborait le drapeau de l’Espagne … un courageux sans doute !
    Pour en savoir plus sur l’indépendantisme catalan, je vous invite suivre ce lien Wikipédia ici qui est certainement plus au courant que moi !
Gérone
Tossa de Mar

 

  • Le Caganer : curiosité catalane, la Caganer est un personnage qui fait caca ! Il est présent dans la crèche de Noël même s’il est un peu caché. La légende veut qu’il fertilise la terre, assurant ainsi la prospérité et la chance pour l’année à venir. À l’origine, le Caganer était un paysan affublé du chapeau traditionnel catalan appelé la « barretina ». Aujourd’hui on peut le trouver dans de nombreux magasins sous les traits de personnalités politiques espagnoles ou internationales (comme Trump, Merkel ou Kim Jong-un) ou encore de bon nombre d’autres personnages (Père Noël, diables, joueurs de football …) ! Les catalans sont relativement bien portés sur ce thème car comme le dit un dicton populaire catalan lancé avant de passer à table « Menja bé, caga fort ! » (Mange bien et fait caca dur !), qui est par ailleurs suffisamment explicite.

 

  • Les poubelles : nous avons eu l’agréable surprise ici de voir de très nombreux conteneurs à poubelles dans les rues. Le tri est extrêmement bien organisé avec les ordures ménagères (OMR), le papier/carton, le plastique, le verre et … les déchets organiques ! Des poubelles pour faire du compost, l’idée est tellement belle qu’on aimerait vraiment voir ça partout ! Et comme il y a des grands conteneurs, il n’y a pas de poubelles à roulettes pour chaque immeuble, on vient directement jeter ses ordures dans ces grands conteneurs. En plus il y en a vraiment partout donc c’est très pratique !