Notre forest school …

18. décembre 2017 Informel 0
Notre forest school …

Nos aventures de ces derniers mois nous ont permis de nous poser des questions sur ce que nous voulions pour nos enfants, pour notre famille, pour nous.

Il en est très clairement ressorti que nous voulions passer plus de temps dans la nature. Campagne, mer, montagne, il nous fallait nous reconnecter à Mère Nature. Nous devions sortir les enfants de notre ville (bien que très agréable) pour leur faire prendre conscience de là d’où ils viennent.

Nous en avons parlé autour de nous avec des familles qui pratiquent l’IEF et la proposition nous a été faite d’intégrer une Forest School. Nous en avions entendu parler et lu des articles sur Internet. Et l’idée de pouvoir vivre cette expérience, et surtout la faire vivre à nos enfants, nous a tout de suite séduite. Nous avons donc débuté cette nouvelle aventure en septembre dernier avec quelques familles d’homeschoolers.

Allez, je vous raconte ce qu’est une Forest School !

« Aide-moi à le faire moi même » Maria Montessori

La Forest School est un style de pédagogie qui se passe en extérieur, dans une forêt, un bois ou un champs. L’idée est de permettre aux enfants de vivre en plein air au milieu de la nature. Petits et grands peuvent découvrir ce que la nature leur offre, observer les plantes et les petites bêtes qui y vivent, utiliser la nature dans les activités, s’amuser avec 3 fois rien … par tous les temps. Il suffit d’habiller les enfants selon le temps et ils n’ont rien à craindre. Au contraire, ils doivent pouvoir se salir, sauter dans la boue, grimper aux arbres comme ils le désirent.

Cette immersion en pleine nature est pratiquée dans de nombreux jardins d’enfants des pays Scandinaves depuis plus de 40 ans. Au Danemark par exemple, ce concept d’immersion dans la nature est devenu une part intégrante du programme de maternelle.

Ce phénomène se popularise de plus en plus avec le “ Nature Deficit Disorder ”, autrement dit le syndrome du manque de nature, accentué par la sédentarisation, l’urbanisation et le manque de temps passé dehors, responsable de nombreux troubles et problèmes de santé.

J’aime reprendre le leitmotiv de la pédagogie de Pestalozzi : « Apprendre avec le cœur, la main et la tête ». Le cœur représente la sensibilisation et la relation à l’extérieur, l’éveil de la joie, de la curiosité, des sentiments et des sensations ; le lien émotionnel, moral et éthique, le savoir-vivre et le savoir-être. La main symbolise l’action, « main-œuvrer » un objet. Elle symbolise aussi l’expérience, apprendre à faire, apprendre comment faire, acquérir le savoir-faire. La tête signifie savoir et comprendre, la transmission des connaissances, des aptitudes intellectuelles et des capacités d’appréhension.

D’après Maria Montessori, il faut laisser aux enfants une grande liberté d’action ainsi qu’une grande autonomie dans le choix de leurs activités afin de permettre leur développement personnel. Il faut laisser de l’espace aux enfants tout en étant attentif à leurs difficultés et présent au moment où un soutien, un coup de pouce est nécessaire. L’objectif est de cultiver l’autonomie des enfants.

L’apprentissage se fait de façon cyclique, il s’imprime sur les cycles de la nature. Il rend possible la continuité et la perception de l’évolution des éléments naturels. Un enfant qui accompagne la nature à travers un cycle entier de ses saisons apprend à y trouver des repères réguliers et à y trouver de la constance dans les changements.

Le principe de la Forest School doit permettre à l’enfant d’acquérir la maîtrise des tâches pratiquent de la vie quotidienne dans notre société. Les enfants sont invités à prendre part à ces tâches. Parmi les objectifs d’apprentissage liés à la vie quotidienne, les enfants apprennent à se réchauffer quand ils ont froid, à soigner une petite blessure, à choisir et utiliser un outil approprié, à apporter le soin nécessaire aux lieux qu’ils fréquentent et aux objets qu’ils utilisent.

Cette activité à des bienfaits sur le développement de la créativité, de la sociabilité, de l’autonomie et de l’épanouissement des enfants. L’intérêt des enfants pour la nature augmente ; leur compréhension de la nature grandit ; les enfants se sentent bien dans la nature ; ils font de grands progrès dans le domaine de la motricité ; ils apprennent à jouer ensemble, s’entraident plus et ont moins de conflits entre eux ; ils sont plus équilibrés et peuvent mieux se concentrer ; ils sont moins souvent et moins longtemps malades ; les jeux proposés par la nature stimulent l’imagination et la créativité des enfants.

La Forest School permet à l’enfant de se développer

Les enfants qui jouent dans un espace extérieur contenant de grandes parties d’arbres, de buissons et de collines montrent le moins de comportements inattentifs : CONCENTRATION

Être en nature réduit le STRESS. La proximité de la nature protège comme un bouclier contre les impacts négatifs des situations stressantes.

SANTE et ROBUSTESSE. Les enfants gagnent en endurance et robustesse physique.

Les « enfants de la forêt » ont de meilleures COMPÉTENCES SOCIALES.

Plus les enfants sortent et jouent en nature, meilleure est leur MOTRICITÉ.

On observe des changements positifs dans l’IMAGINATION et la CREATIVITE. Plus d’idées et des idées plus variées !

Mais comment stimuler les développements de l’enfant ?

  • Le développement de la motricité en nature : simplement en étant en nature et en laissant les enfants jouer. L’expérience et le développement du corps et de la personnalité se fait mieux quand l’enfant peut jouer et bouger indépendamment, d’après sa motivation et ses idées, seul ou avec d’autres enfants.

 

  • Le développement cognitif en nature : Ecrire avec les bâtons dans la terre, avec le doigt dans le sable. Fabriquer des crayons de noisetier ou de saule pour écrire sur des planches de bois ou du papier ; Lire et parler dans les livres apportés en lien avec ce que l’on observe. Lire dans un tronc la vie d’un arbre, lire l’heure dans la position du soleil, lire le temps qu’il va faire ; compter et calculer, compter chaque semaine les nouveaux bourgeons, partager 13 fraînes à 3 enfants, mettre le nombre exact de pierres sous un chiffre, estimer en pas la longueur de cordelette nécessaire pour lier deux arbres.

 

  • Le développement affectif en nature : en laissant les enfants montrer leurs sentiments et en formulant ce qu’ils ressentent. En montrant et en parlant soi-même de ses sentiments et en formulant aussi les sentiments possibles des plantes et animaux. En donnant une base de sécurité (contact corporel, rituels, présence, respect)

 

  • Le développement social en nature : c’est à l’adulte de placer des limites et des règles, et d’aider les enfants à gérer leur conflit, d’intervenir si nécessaire. La nature invite à s’entraider en surmontant des obstacles. Les règles sont souvent évidentes et liées à des conséquences qu’on sent tout de suite. Les animaux et plantes invitent à dépasser les relations sociales entre hommes et à intégrer aussi d’autres êtres vivants.

Les objectifs principaux de l’éducation à l’environnement sont de se sentir bien en nature et pouvoir faire des expériences positives , et de tisser un lien émotionnel avec la nature et le vivant, former le coeur.

 

Et notre Forest School dans tout ça !

Nous avons trouvé un petit coin de paradis à une demi-heure de Nantes. Nous nous y retrouvons régulièrement et les enfants peuvent y évoluer librement et en toute sécurité.

Nous commençons nos journées par le cercle de salutations. On accueille chacun, on regarde quels enfants, adultes, plantes, animaux sont là.

Le thème de nos activités est choisi selon les besoins et intérêts des enfants, les thèmes saisonniers. Nous avons pu faire des petits herbiers par exemple.

Mais aussi travailler avec de la glaise et fabriquer des petits lutins qui viendront accompagner nos arbres. Chacun d’entre eux à choisi un arbre, son arbre. Ils vont les voir, leur disent « bonjour », les observent, sentent leur énergie, en font l’expérience avec tous leurs sens.

Le jeu libre est omniprésent ! Il permet aux enfants d’apprendre à s’organiser selon les conditions, à prendre les décisions qui découlent de leurs choix, à communiquer et à réagir.

Des projets sont mis en place comme par exemple la construction d’une cabane. (à laquelle les papas et les mamans sont heureux de participer)

Les enfants créent des histoires, à travers elles, ils apprennent à écouter, à créer des images qui leur sont utiles pour digérer leurs expériences. Dernièrement, ils ont créé un village de fées au milieu de leurs arbres. Branches, feuilles, mousse, glands … toute la nature à participer !

Et nos enfants ?

Nous sommes tellement heureux de voir Luna, Liam et Maïa évoluer et grandir dans cette nature ! Il se familiarisent et s’éveillent avec enthousiasme avec cet environnement qu’ils ne côtoyaient de trop rarement auparavant !

Ils découvrent et explorent la nature, ils se posent des questions, apprennent par la nature et sur la nature.

Nous sommes sensibles à la pédagogie de Maria Montessori dans laquelle l’autonomie de l’enfant est le but à atteindre, et à la pédagogie de Charlotte Mason qui préconise de passer plusieurs heures par jour dehors. Avec la Forest School, nos souhaits pédagogiques sont largement alimentés !

Voici une merveilleuse expérience que nous vivons et qui nous a permis cette reconnection à Mère Nature qui est devenue vitale au bien être physique et psychologique de notre famille …