Pâques, le jour de la Résurrection

16. avril 2017 Notre foi 0

JEAN 20

Tôt le dimanche matin, alors qu’il faisait encore nuit, Marie de Magdala se rendit au tombeau. Elle vit que la pierre avait été ôtée de l’entrée du tombeau. Elle courut alors trouver Simon Pierre et l’autre disciple, celui qu’aimait Jésus, et leur dit: On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a mis. Pierre et l’autre disciple partirent et se rendirent au tombeau. Ils couraient tous les deux; mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau. Il se baissa pour regarder et vit les bandes de lin posées à terre, mais il n’entra pas. Simon Pierre, qui le suivait, arriva à son tour et entra dans le tombeau. Il vit les bandes de lin posées à terre et aussi le linge qui avait recouvert la tête de Jésus; ce linge n’était pas avec les bandes de lin, mais il était enroulé à part, à une autre place. Alors, l’autre disciple, celui qui était arrivé le premier au tombeau, entra aussi. Il vit et il crut. En effet, jusqu’à ce moment les disciples n’avaient pas compris l’Écriture qui annonce que Jésus devait se relever d’entre les morts. Puis les deux disciples s’en retournèrent chez eux. Marie se tenait près du tombeau, dehors, et pleurait. Tandis qu’elle pleurait, elle se baissa pour regarder dans le tombeau; elle vit deux anges en vêtements blancs assis à l’endroit où avait reposé le corps de Jésus, l’un à la place de la tête et l’autre à la place des pieds. Les anges lui demandèrent: Pourquoi pleures–tu? Elle leur répondit: On a enlevé mon Seigneur, et je ne sais pas où on l’a mis. Cela dit, elle se retourna et vit Jésus qui se tenait là, mais sans se rendre compte que c’était lui. Jésus lui demanda: Pourquoi pleures–tu? Qui cherches–tu? Elle pensa que c’était le jardinier, c’est pourquoi elle lui dit: Si c’est toi qui l’as emporté, dis–moi où tu l’as mis, et j’irai le reprendre. Jésus lui dit: «Marie!» Elle se tourna vers lui et lui dit en hébreu: Rabbouni! –ce qui signifie Maître. Jésus lui dit: Ne me retiens pas, car je ne suis pas encore monté vers le Père. Mais va dire à mes frères que je monte vers mon Père qui est aussi votre Père, vers mon Dieu qui est aussi votre Dieu. Alors, Marie de Magdala se rendit auprès des disciples et leur annonça: J’ai vu le Seigneur! Et elle leur raconta ce qu’il lui avait dit.

 

Au début, les femmes marchent vers un tombeau, vers la mort.
A la fin du récit, elles courent vers les hommes, vers la vie !

Au début, comme toute personne qui a perdu un proche, les femmes sont tristes. (Pleurs de Marie Madeleine.) Elles vivent dans le noir.
A la fin du récit, elles se lèvent pour annoncer une joyeuse nouvelle ! Une Nouvelle resplendissante de Lumière.

Au début, les femmes ont peur. Elles sont comme paralysées.
A la fin du récit, la peur disparaît ! Les femmes peuvent marcher vers leurs frères !

Entre le début du récit et la fin, les femmes vivent un retournement, un changement de vie !
Elles passent des pleurs, de la tristesse, de la mort, de l’obscurité, de la peur, à une vie de lumière, de joie, d’annonce de la Bonne Nouvelle … Elles se mettent à vivre de la vie de Jésus !
Le tombeau vide n’est pas une preuve de la Résurrection. Mais l’élan merveilleux des femmes, leur retournement, leur changement de vie, leur envie de dire, d’annoncer, de vivre de l’Esprit de Jésus en est une !

 

Le retournement des femmes est une conversion. Nous avons à vivre cette conversion dans nos vies.
Lorsque tout semble fini, lorsque nous avons peur, lorsque nous manquons de confiance, lorsque nous semblons entrer dans une impasse, il faut faire confiance en Dieu, il faut croire qu’avec Lui, tout devient possible !
« Je te propose de choisir entre la vie et la mort, entre la bénédiction et la malédiction.
Choisis donc la vie, pour que vous viviez, toi et ta descendance. » Livre du Deutéronome, chapitre 30, verset 19.

Petit rappel du coloriage de ce jour 25A – 16 avril 2017 – Dimanche de Paques