L’aveugle-né

25. mars 2017 Notre foi 0

Evangile de Jean 9, 1-41

En sortant du Temple, Jésus vit sur son passage un homme qui était aveugle de naissance. Jésus cracha sur le sol et avec la salive, il fit de la boue qu’il appliqua sur les yeux de l’aveugle. Puis, il lui dit: «Va te laver à la piscine de Siloé.»
L’aveugle y alla; il se lava; et quand il revint, il voyait.

Ses voisins et ceux qui étaient habitués à le rencontrer se dirent alors: «N’est-ce pas celui qui se tenait là pour mendier?» Certains disaient: «C’est lui!» D’autres affirmaient: «Pas du tout, c’est quelqu’un qui lui ressemble!» Mais lui affirmait: «C’est bien moi!»
Et on lui demandait:  » Alors, comment tes yeux se sont-ils ouverts? » Il répondit: « L’homme qu’on appelle Jésus a fait de la boue, il m’en a frotté les yeux et il m’a dit: « Va te laver à la piscine de Siloé. » J’y suis donc allé et je me suis lavé; alors, j’ai vu. Ils lui dirent: « Et lui, où est-il? » Il répondit: « Je ne sais pas. »

On amène aux pharisiens cet homme qui avait été aveugle. Or, c’était un jour de sabbat que Jésus avait fait de la boue et lui avait ouvert les yeux. A leur tour, les pharisiens lui demandèrent: « Comment se fait-il que tu voies? » Il leur répondit:  » Il m’a mis de la boue sur les yeux, je me suis lavé, et maintenant, je vois. » Certains pharisiens disaient: « Celui-là ne vient pas de Dieu puisqu’il n’observe pas le repos du sabbat. » D’autres répliquaient: « Comment un homme pécheur pourrait-il accomplir des signes pareils? »
Ainsi donc, ils étaient divisés. Alors, ils s’adressent de nouveau à l’aveugle: « Et toi, que dis-tu de lui, puisqu’il t’a ouvert les yeux? » Il dit: « C’est un prophète! »

Beaucoup ne voulait pas croire que cet homme, qui maintenant voyait, avait été aveugle.
Pourtant, c’était bien vrai! Et l’aveugle disait:
«Jésus m’a ouvert les yeux. S’il ne venait pas de Dieu, il n’aurait pu rien faire.» Mais ceux qui l’entouraient lui répondaient: «Tu es tout entier plongé dans le péché depuis ta naissance, et tu nous fais la leçon?» Alors, ils le jetèrent dehors.

Jésus apprit qu’ils l’avaient expulsé. Alors, il vint le trouver et lui dit: « Crois-tu au Fils de l’homme? » Il répondit: « Et qui est-il, Seigneur, pour que je croie en lui? » Jésus lui dit: « Tu le vois, et c’est lui qui te parle. » Il dit: « Je crois Seigneur! », et il se prosterna devant lui.

Et si nous étions l’aveugle:

Les nuits sans lune, sans étoiles, tout est noir autour de nous. On ne reconnaît pas les personnes qui nous entourent. On ne distingue pas les formes, les couleurs, le lieu où nous sommes, le chemin, le but à atteindre… Du coup, on se perd facilement, on peut se tromper de chemin, butter contre une pierre, tomber, se faire mal… Avancer devient très difficile.

Etre aveugle de naissance, c’est avoir vécu sa vie entière dans le noir. C’est ne connaître aucun visage, ne voir aucun paysage, avoir des difficultés pour trouver son chemin…

L’aveugle de l’évangile rencontre Jésus. Cette rencontre, suivie d’une démarche de foi (il écoute Jésus lorsque celui-ci lui dit d’aller à la piscine de Siloé), transforme sa vie: il se met à voir les gens qui l’entourent, il peut les reconnaître de loin et aller vers eux sans avoir à attendre qu’ils viennent vers lui; il peut faire le premier pas… Il voit aussi, comme tous, une partie du chemin (pas après pas, du départ jusqu’à l’arrivée, le chemin se révèle peu à peu à ses yeux). De ce fait, il est plus libre; il ose se lever, il ose avancer; il n’a pas tout le temps besoin de demander sa route.
Il reconnaît en Jésus, celui qui l’a fait passer de l’obscurité à la lumière (« Jésus m’a ouvert les yeux… »).

Et nous? Qu’en est-il dans nos vies?

Parfois, tout semble noir autour de nous. Alors, nous n’osons pas nous lever…nous avons peur de nous égarer sur le chemin, nous ne savons pas quelle direction prendre, nous avons peur de tomber… (Dispute avec quelqu’un; manque de pardon; bêtise que l’on n’ose pas avouer…) D’autres fois, nos yeux semblent fermés: nous ne voyons pas ce qui se passe autour de nous, nous ne voyons pas l’autre et sa misère…

Pourquoi ne pas demander à Jésus de nous ouvrir les yeux: ainsi, nous verrons un peu mieux le chemin et nous ne prendrons pas le risque de tomber ou de nous perdre… Pourquoi ne pas lui faire confiance?
Jésus nous montrera toujours le chemin de lumière, de paix et de joie, le chemin qui fera resplendir nos vies!

Sur le chemin d’Amour et de Lumière, Jésus marche toujours avec nous.

Et voici le coloriage de ce dimanche 20A – 26 mars 2017 – CAREME4 – aveugle-ne