La Transfiguration

12. mars 2017 Notre foi 0

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 17, 1-9

Six jours après, Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et il les emmène à l’écart, sur une haute montagne.
Il fut transfiguré devant eux ; son visage devint brillant comme le soleil, et ses vêtements, blancs comme la lumière.
Voici que leur apparurent Moïse et Élie, qui s’entretenaient avec lui.
Pierre alors prit la parole et dit à Jésus : « Seigneur, il est bon que nous soyons ici ! Si tu le veux, je vais dresser ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. » Il parlait encore, lorsqu’une nuée lumineuse les couvrit de son ombre, et voici que, de la nuée, une voix disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie : écoutez-le ! »
Quand ils entendirent cela, les disciples tombèrent face contre terre et furent saisis d’une grande crainte.
Jésus s’approcha, les toucha et leur dit : « Relevez-vous et soyez sans crainte ! »
Levant les yeux, ils ne virent plus personne, sinon lui, Jésus, seul.
En descendant de la montagne, Jésus leur donna cet ordre : « Ne parlez de cette vision à personne, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts. »

Résultat de recherche d'images pour "transfiguration jésus"

Quelques éléments de compréhension :

Quels sont les personnages du texte?

Les personnages sont: Jésus ; Pierre, Jacques et Jean, trois amis et disciples de Jésus ; Moïse, celui qui parle à Dieu, qui l’écoute et transmet la parole à l’homme (Loi, 10 commandements), le sauveur qui libère tout un peuple de l’esclavage, le guide qui conduit vers le Terre Promise ; Elie, un grand prophète, Serviteur de Dieu qui savait parler avec Dieu, passer du temps avec Lui, discuter avec Lui, Lui demander, l’écouter … Il savait aussi guider les hommes vers Dieu ; il voulait les entraîner dans une relation personnelle avec Dieu.

Donc trois personnages bien terrestres, enracinés dans l’humanité: les disciples. Deux personnages célestes, vivants dans L’Intimité de Dieu: Moïse et Elie. Un personnage entre deux mondes: Jésus. Pour les disciples, Jésus est à la fois céleste ( puisqu’il s’entretient avec deux grands prophètes disparus) et terrestre (puisqu’il vit avec ses disciples).

Où vont-ils?

Jésus emmène ses disciples à l’écart sur une haute montagne. Lorsque Jésus part à l’écart, c’est qu’il se sépare du monde des hommes pour rejoindre L’Intimité de sa vie et pour s’unir à Lui dans la prière. Dans le texte, la haute montagne signifie la « Transcendance Divine ».

L’Éternel est transcendant et pourtant Il est accessible à l’homme (Jésus emmène certains de ses disciples). A l’inverse des « rois » de notre monde (dépassant les autres par leur richesse, leur pouvoir, leur gloire,…) qui s’éloignent du peuple des hommes au fur et à mesure de leur  » ascension », L’Éternel reste proche de l’homme.

Jésus emmène Pierre, Jacques et Jean… Il invite ses amis à le suivre et à se laisser entraîner sur le chemin de la prière.

Que se passe-t-il?

Jésus est transfiguré. La prière transforme, illumine Jésus, et les disciples s’en aperçoivent.

Le texte nous dit que les vêtements de Jésus deviennent resplendissants, d’une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille. Il faut rappeler que dans l’antiquité, le vêtement était signe de la vie même de la personne, de son intériorité… Les témoins de la scène cherchent à nous dire que c’est la vie de Jésus qui est transfigurée, transformée profondément. Son intériorité est resplendissante… Son être en devient rayonnant.

Si Jésus invite ses amis à le suivre, c’est parce qu’il les croit capables d’entamer ce chemin de dialogue, de relation, cette marche vers une Autre Présence Toute de Lumière et de Pureté…

Qui transfigure Jésus?

C’est Dieu.

Qui voit la transfiguration?

Pierre, Jacques et Jean.

Comment la décrivent-ils?

En hauteur: tout ceci pour dire que marcher vers Dieu, c’est Grandir, s’Elever. Bien sûr, la marche n’est pas facile; elle demande des efforts, du courage, de la persévérance,… (Pour arriver en haut d’une montagne, il nous faut escalader). N’oublions pas que nous avons une aide, celle de la prière.

Les vêtements de Jésus deviennent resplendissant, d’une blancheur inconnue sur terre: ceci nous dit la pureté venue d’un « autre monde ». La transfiguration de Jésus vient bien de Dieu.

Jésus s’entretient avec Moïse et Elie, deux hommes ayant été proches de Dieu. Les disciples nous disent que pour eux, Jésus est un proche, un intime de Dieu.

D’ailleurs, une voix se fait entendre. Celle-ci dit L’Intimité qui existe entre Dieu et Jésus:  » Celui-ci est mon fils bien aimé ».

La nuée couvre Jésus et les disciples; elle dit Dieu présent, mais non Pleinement puisqu’il reste en partie caché aux hommes.

Comment réagissent les disciples?

Pierre aimerait rester dans cette Intimité, dans ce bonheur plus grand que tout. Il envisage de s’y installer pendant un certain temps: « Dressons trois tentes! ». Il est heureux, mais il n’a pas véritablement compris.Il lui faut encore écouter Jésus: « Ecoutez-le! »

Comment se termine l’histoire?

Jésus « redescend de la montagne » ( Il faut savoir quitter L’Intimité divine pour rejoindre la terre des hommes.). Les disciples suivent mais n’ont pas vraiment compris. L’évangile qui suit le dit bien: « Pourquoi n’avons-nous pas pu le chasser? »… Jésus répond: « Ce genre d’esprit rien ne peut le faire sortir sinon la prière. », Marc (9-28,29). Les disciples ne sont toujours pas entrés dans une véritable démarche de prière (qui est abandon: tel Jésus, il faut se laisser transformer: « il fut transfiguré! »)… Ils vivent encore dans la « mort », dans l’obscurité, loin de La Lumière de Dieu. Avant de parler, il leur faut comprendre et pour comprendre, il leur faut renaître, il leur faut ressusciter d’entre les « morts »… en prenant le chemin humble de l’abandon…

 

Transfiguration: Petit bilan:

Dans les Évangiles, le récit de la transfiguration est un encouragement à marcher sur le chemin de la prière, sur le chemin du cœur à cœur. Prier, c’est ne plus jamais être seul; c’est tourner notre regard vers Le Tout Autre et Le laisser, un peu plus chaque jour, transformer en nous ce qui est « mort », ce qui est obscurité, tristesse, manque,… Et ceci, non pas pour notre « gloire » personnelle, notre « intronisation », notre « bonheur » égoïste, mais pour trouver la force de nous tourner vers les autres (Jésus descend de la montagne) pour y semer un peu de la lumière reçue, un peu de l’espérance…

 

Voici le coloriage de ce dimanche 18A – 12 mars 2017 – CAREME2 – Nayez pas peur