Atelier torréfaction chez Espérance Café

25. janvier 2017 Nantes sweet home 0

Mon cadeau de Noël 2016 ? Un atelier pour apprendre à torréfier le café.

Bien entendu qui suis je aller voir ? Patrice, de l’Espérance Café, le gars qui m’a fait retrouver le café, qui m’en a redonné le goût !

Au programme : l’histoire de la vie du café, sa récolte et tout le chemin qu’il va faire pour arriver à donner ce nectar dans la tasse.

On commence donc par l’histoire, d’où vient-il ? D’un arbuste, le caféier, qui fleuri à chaque pluie et dont les fleurs sont franchement jolies ! Résultat, on va en planter dans notre jardin martiniquais c’est certain !  Bon après il faut quand même bosser parce qu’une fleur donne une cerise, qu’il faudra trier en fonction du mûrissement, qui ne donnera que deux grains ! Donc si tu veux TON café, il va falloir le mériter ! Cependant, quelle joie de boire sa propre production !

www.crdp-strasbourg.fr

www.engrainetoi.com

footage.framepool.com

 

Ensuite il est soit séché, soit lavé pour récupérer ses grains :

  • Le séchage est plus économe, mais aussi plus long et plus fastidieux comme il faudra trier les cerises mûres ou non, casser la cerise séchée, ce qui aura déjà pris 4 semaines, sans pour autant casser le grain tout en laissant les cerises à la merci de la poussière, des animaux (oiseaux surtout). Le café obtenu est généralement plus inégal.
  • Le lavage lui nécessite beaucoup d’eau, donc est préféré dans certaines régions, cependant il est beaucoup plus rapide. Un bain de fermentation permet de faire rapidement le tri des cerises et des déchets, les cerises pas assez mûres tombant au fond. Les cerises mûres gonflent et la pulpe est ensuite mécaniquement enlevée. La café vert est ensuite relavé, pour être bien nettoyé de sa pulpe puis séché. Le café est plus homogène et cette méthode favorise de meilleures productions.

Chaque région du globe fait avec ses contraintes, de toute façon chaque café a son histoire ce qui le rend unique !

C’est très bien expliqué ici.

 

Ensuite on est entré dans le vif du sujet, la torréfaction !

Là, Patrice est bien équipé, une belle machine, accompagnée par un logiciel qui permet de suivre précisément le « voyage » du café vert.

J’apprend que le café sèche, caramélise et même se prend pour un pop corn ! Effectivement, celui ci gonfle au moment de son « first crack » sous l’influence du CO2 contenu et c’est généralement le signe que bientôt il est prêt. Hélas, chez certains, celui ci vit son deuxième « crack », et là … c’est le drame. Le produit est surcuit ce qui lui donne ce goût de brûlé mais qui confère aux industriels (entres autres) l’assurance d’un café constant, mauvais mais constant …

Revenons à nos petits grains : les voilà ! Les verts ne sont pas encore torréfiés, les bruns le sont tout fraîchement !

Franchement, je suis content de moi ! Patrice me donne un dernier conseil : attendre 5 jours, le temps qu’il finisse sa maturation.

Et honnêtement, c’est tellement bon !

 

Toi aussi tu veux te prendre pour Patrice, notre artisan torréfacteur préféré ? C’est là !

Ou tu veux simplement boire le meilleur café de Nantes préparé par notre barista préféré qui s’appelle aussi Patrice (en fait c’est le même !) ? C’est là et aussi sur Facebook !